Comment porter le jean délavé ? Un voyage au pays d’une pièce trop peu valorisée.

Nous avons déjà parlé de jean à plusieurs reprises sur le blog, et il nous semble important de continuer à en parler, puisque le denim est présent dans les vestiaire masculin de manière particulièrement importante. Aujourd’hui, nous parlerons des toiles ayant subi un délavage ou un traitement particuliers. Let’s go !

Le jean : une histoire de toile, une histoire de coupe

Comme je l’ai mentionné, nous avons écrit plusieurs articles au sujet du denim : son histoire, son utilisation, et nous en avons même largement parlé lors de notre article sur le style workwear. En bref, vous devez déjà être capable de choisir le bon jean. Cependant, il me paraît essentiel de revenir sur les grandes bases du jean, avant de voir les spécificités de celui qui nous intéresse.


La toile est constituée de fils de trame et de fils de chaîne. Ils doivent être serrés et uniformes. Une belle toile est une toile sans disparité de grosseur de fil. Enfin, votre toile doit légèrement refléter la lumière, avoir de beaux reflets. L’oeil se forme avec les années et à force de toucher et d’admirer de belles pièces : en ce domaine, régalez-vous à aller sur le terrain haut de gamme !


Les coupes de jeans


On différenciera quatre grandes coupes de jeans :

  • Skinny / slim : après l’ère Slimane, et grâce au courant grunge/rock toujours très présent, le jean skinny (collé au corps) et le jean slim (un peu moins collé au corps) continuent d’être appréciés par leur petit public. April 77 est l’une des marques références, avec ses jeans aux coupes et aux finitions tout à fait acceptables. Ce type de jean est TRES serré aux cuisses, aux mollets et aux chevilles. Il convient bien aux morphologies des personnes minces.

  • Le droit : c’est une coupe classique – vous connaissez bien entendu le légendaire Levi’s 501 – le jean tombe tout droit de votre taille jusqu’à votre cheville.

  • Semi-slim : c’est la coupe que l’on définit comme “moderne”, “urbaine” : la coupe semi-slim est notamment plus serrée que la coupe droite au niveau des cuisses, mais laisse plus de place aux mollets et aux chevilles. C’est une coupe passe-partout, facile à porter.

  • Bootcut : il a eu ses heures de gloire il y a quelques années. Coupé pour être porté avec des bottines, il bénéficie d’une ouverture de cheville plus importante, il se fait de plus en plus rare (et c’est tant mieux).

Les points à vérifier :

  • Veillez à ne laisser aucun superflu de matière au niveau des fesses. Si vous pouvez pincer/tirer la matière vers l’arrière, c’est que la coupe n’est pas convenable, ou que la taille que avez choisie n’est pas la bonne.

  • Vous devez vous sentir bien tenu dans votre jean. En l’occurence, si vous avez besoin d’une ceinture pour que votre jean tienne correctement, c’est qu’il est trop grand. Vous devez vous sentir serré aux cuisses (la toile se détendra). Si vous ne connaissez pas votre taille dans une marque de jean reconnue (comme Levi’s ou APC), commencez par regarder les feed-back sur internet qui concernent la marque. Si le jean se détend beaucoup (d’une taille dans le cas de certaines marques), il vous faudra peut-être prendre une taille en dessous de votre taille habituelle. Vérifiez bien ce point avant tout achat et n’hésitez pas à parler aux vendeurs des boutiques multimarques spécialisées qui sont souvent de vrais passionnés de produits et qui sauront vous aiguiller.

  • Le cas particulier des jeans délavés

    Le jean délavé, par opposition au jean “brut”, est un jean qu’on a traité pour lui donner l’illusion d’avoir été usé. Le jean délavé est particulièrement intéressant pour les looks printaniers et estivaux. On retrouve pour un jean délavé les mêmes détails que les connaisseurs des jeans bruts apprécient : liseré selvedge, poche rivetées, point de chaînette.


    On considère que ce sont Marithé Bachellerie et François Girbaud qui ont produit les premiers jeans délavés à l’échelle industrielle, aux alentours de 1970, avec la technique de la pierre ponce (stone wash).


    Les puristes considèrent qu’utiliser un denim pré-usé, c’est un peu “tricher”. En effet, beaucoup préfèrent laisser le temps faire son oeuvre et porter le jean régulièrement et sur de nombreuses années pour voir la pièce s’embellir et se patiner au fil du temps. L’effet est généralement plus naturel, et l’on peut prendre un vrai plaisir à voir son jean changer au fil des ports.


    Aussi, la plupart des jeans délavés sont plus chers que les jeans bruts : leur confection nécessite tout simplement beaucoup plus d’étapes que pour un jean brut. On retiendra que ce type de jean a été très tendance dans les années 2000.

    nobilis-denim-vintage-blue

    Un superbe jean Notify, modèle Nobilis. On a vraiment l’impression que ce jean est “vintage”. On le portera facilement avec des sneakers blanches, ou des sneakers en toile de type converses. En haut, un simple tee shirt fera l’affaire. 294 euros.


    Le jeans délavé peut recevoir plusieurs types de traitements : pierre ponce, mais aussi papier de verre, projection de sable, laser (procédé inventé en 2003 par Marithé + François GIRBAUD), ou dans le pire des cas, eau de javel (ou tout type de produit bien chimique et qui laisse des marques particulièrement vulgaires).


    Le délavage du jean est un problème majeur, et ce à plusieurs titres :
    – Il est souvent mal fait, le rendu est “cheap” : le jean donne l’impression d’avoir subi un traitement malencontreux. Le bon délavage est un délavage bien réparti, qui donne l’impression que ce sont les frottements de la toile qui ont produit la couleur. D’ailleurs, beaucoup d’hommes, encore aujourd’hui, continuent de porter ce type de jean assez moche, en général avec des chaussures noires. Fail assuré dans 99% des cas : le contraste de couleurs, l’utilisation de matières et de couleurs de faible qualité rendent le tout très peu esthétique.

    jean moche

    Justin et Britney, dans la hype des années 90. À ne pas reproduire chez vous.


    – Le délavage de la toile renvoie au problème éthique du travail ouvrier dans les pays producteurs. J’ai déjà parlé de l’eau de javel et des autres produits chimiques toxiques.


    Le délavage par sablage, notamment, peut provoquer l’irruption d’une maladie pulmonaire incurable : la silicose. Il y a quelques années, l’opinion publique a été alertée en Turquie, puisque des milliers d’ouvriers y ont contracté la maladie. La pratique du sablage est aujourd’hui interdite dans de nombreux pays, mais de nombreuses marques ont délocalisé vers la Chine, le Vietnam ou encore l’Inde, ou cette technique est légale.
    Méfiez vous donc des marques d’entrée de gamme !

    edwin

    Un jean Edwin plutôt moyenne gamme. 135 euros.


    Ceci étant, si vous avez les bonnes références et si vous suivez bien nos conseils, vous devriez vous en sortir. Le jean délavé permet de porter autre chose que le très basique jean brut, qui se porte avec tout mais qui reste trop classique. Si vous avez déjà deux ou trois jeans et que vous souhaitez vous réorienter vers une pièce un peu moins basique, le jean délavé/traité peut vraiment devenir un must-have. Il est souvent plus confortable que son homologue le jean brut, plus souple. Bien choisi, il peut apporter un vrai plus à votre look.
    Aujourd’hui, on peut trouver de très bons jeans à prix cassés en s’y prenant correctement. Surtout, on trouve des passionnés de denim un peu partout sur le web, et nombre de sites regorgent de conseils et looks en tous genres.

    Quelques idées et références

    Comme je viens de le mentionner, il existe une réelle communauté de puristes, des passionnés dont les jeans sont des pièces uniques, qui chatoient nos yeux. Vous pouvez notamment les retrouver sur Denim Hunter, un site que l’on consulte régulièrement et qu’il vous faut absolument connaître ! Vous y trouverez de nombreux looks, comme ceux que nous vous avions proposés, Sidney et moi, lors de notre article sur les jeans gris.


    Depuis lors, Sidney a acquis deux autres jeans particulièrement intéressants : un Dior Homme Made In Japan (bonne qualité de confection et de toile) et le second que vous pouvez voir ci-dessous.

    jean ro sidney final

    Un look entre streetwear et destructuré.
    Tee shirt Aviatic
    Veste Lentrian
    Jean Rick Owens
    Sneakers Lanvin.


    Sidney a trouvé son jean Rick Owens coupe Detroit sur un forum spécialisé pour 70 euros, état neuf. Le jean est taille basse, il est parfait pour le stacking, comme vous pouvez le voir sur la photo. Le délavage gris/noir est obtenu à partir du traitement d’un jean indigo.
    Continuons avec quelques photos de délavages réussis, et quelques marques qualitatives que nous vous conseillons réellement.

    jean nudie

    Ces deux jeans proviennent du lab de Nudie Jean, une marque que nous apprécions beaucoup. Il faudra compter environ 250 euros pour ces pièces très réussies.

    jean délavé

    Les marques à connaître : Les jeaners habituels que vous connaissez, japonais notamment, produisent normalement de bons jeans délavés. On citera pêle-mêle Kapital, Edwin, Momotaro, Big John, Orslow, Japan Blue. On tente de vous faire découvrir ce genre de marques régulièrement ! On ajoutera Notify, Nudie Jean, Dior Homme (les made in Japan), A.P.C, Acne, Naked And Famous, Renhsen, levi’s Vintage Clothing, Tellason.



    Les autres types de jeans

    Lors de mon passage au salon du Tranoï, au printemps 2014, j’avais rencontré Imam Shauket, créateur et designer de la célèbre marque de denim haut de gamme Kohzo. La marque propose notamment des jeans en papier, des jeans en cuir et des jeans traités et waxés, dont la texture est brillante. Pour rappel, Kohzo habille de nombreuses stars de la pop musique.
    Je ne peux pas résister à l’envie de vous proposer quelques photos prises à l’époque.

    Kohzo jean délavage traditionnel

    Un superbe délavage réalisé à la main et au coquillage, au Japon.

    Jean tartan Kohzo

    Un motif tartan réalisé au laser. Surprenant ! Les prix restent prohibitifs (plusieurs centaines d’euros la pièce).


    Pour la suite, un seul mot d’ordre, visiter les sites des e-shops de luxe, comme Luisa Via Roma ou Farftech, qui regorgent de pièces “pointues”.

    jean RO Darkshadow 594e

    Un Rick Owens particulier – semi biker asymétrique – qui vaut bien ses 594 euros.

    Boris Bidjan Saberi 1 175 dollars

    Un jean de la marque Boris Bidjan Saberi, 1175 dollars. La pièce semble avoir été bien torturée.

    Kapital 899 d

    On n’a pas pu résister à l’envie de vous proposer une pièce vraiment particulière, de la marque Kapital, avec ses empiècements et son motif jacquard. 900 euros, tout de même. La marque Kapital propose VRAIMENT des pièces hallucinantes.


    Là encore, il me semble difficile de vous proposer une liste exhaustive des jeaners qui proposent des pièces waxées ou particulières. On note tout de même que les créateurs destructurés et hauts de gamme proposent généralement leur propre version du jean : Rick Owens, Boris Bidjan Saberi et Julius en tête. On ajoutera enfin Dior Homme qui propose là aussi des pièces vraiment réussies.



    On espère que vous avez appris beaucoup et on dit à très bientôt pour de nouvelles aventures tout en denim !


    Et si tu veux en savoir plus, retrouve-nous sur la newsletter pour y recevoir des guides gratuits et du contenu exclusif !


    [wps_custom_form id=”0″]


    Adrien

    S'inscrire à la Newsletter

    Mode, Style, Tendance, Lifestyle et tests produits. Une fois par semaine.

    Merci pour votre inscription.

    Quelque chose n'a pas fonctionné.

    Vous aimerez également

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
La boutique O Paris : l’avant-garde au coeur de la capitale

J'ai récemment eu la chance de rencontrer l'équipe du magasin O Paris, situé rue Bourg du Tibourg, dans le marais. O...

Fermer