Transformation en hippie activée.

Vous me regardez tous d’un drôle d’oeil… je vous vois derrière votre ordinateur ou votre smartphone là ! “Mais qu’est-ce qu’il nous a encore inventé de débile ce con ?”
Oui bon ok, un peu, mais c’est pas ce que vous croyez… En vrai je n’ai eu aucune révélation sur la vie, de même que je n’ai pas trouvé l’amour avec une courgette tout ça tout ça. Attends, je t’explique, laisse-toi faire, ça va bien se passer copain.

Déjà il y a 2 ans quand j’ai commencé à courir, c’était mauvais signe. En temps normal, ça aurait dû durer environ 3 semaines avant que je ne me lasse et que je retourne manger une choucroute mais manque de chance ça m’a plu… Aujourd’hui je cours 40km par semaine, et je prépare des courses que je n’aurais même pas voulu faire en scooter il y a encore quelques années.

De là, j’ai commencé à prendre des paris stupides :
– Viens on boit moins d’alcool
– Viens on prend plus que des douches glacées
– Je suis sûr que la méditation ça te réussirait bien
– Tu tiens combien de temps en gainage ?
– T’as déjà essayé les baies de Goji ?
– Je te paris que tu peux faire un marathon l’année prochaine.

Ni une ni deux, on devient un foutu hippie…

J’ai pas encore appris à jouer du Banjo et j’évite ce qui rend lent pour les 3 jours suivants mais vous voyez l’idée.

Je ne pense pas non plus me transformer en cliché de hipster parisien, contrairement à ce que l’on me fait remarquer, encore que, c’est possible… sait on jamais.

De là il ne reste pas 36 explications.

Contrairement à ce que l’on affirme tous haut et fort : personne ne change. JAMAIS. Non même pas là. Non pas dans ce cas non plus. Personne. Jamais. Ok ?!

Pourtant je n’ai pas toujours aspiré à être un foutu hippie… Ce qui a changé ? RIEN DU TOUT. On change pas je te dis.

On passe d’un extrême à l’autre quand on est aussi foufou que moi, d’une lubie à une autre quand on est un peu plus sain, et on évolue seulement dans nos envies quand on est normal.

L’important est de savoir se situer.

Moi, c’est plutôt les extrêmes, les obsessions ; autant choisir les bonnes nan ?

En vrai et en dehors de ça, cet article vient aussi d’une discussion très récurrente avec un ami, que je trouvais intéressante de partager ici, que vous la lisiez ou pas. Cela m’aidera au pire à m’en souvenir, au mieux à intéresser quelques uns d’entre vous.

Être heureux, être bien dans sa peau, vient généralement de soi. De là, il faut accepter un certain lâcher prise sur ses propres choix, apprendre à se pardonner ses qualités comme ses défauts et arrêter de se prendre la tête pour tel ou tel mot.

Oui on sent que j’ai eu 3 semaines de psychologie sociale là hein ? Je pourrais même tenir un débat freudien sur un coin de bar je pense.

Mais au final, si tu veux vraiment être bien, apprends à lâcher prise et sois qui tu veux.

Même si c’est un vilain hippie qui bouffe des baies.

Je vous laisse, j’ai un jus d’herbe qui m’attend.

Bisous, love, tout ça tout ça.

S'inscrire à la Newsletter

Mode, Style, Tendance, Lifestyle et tests produits. Une fois par semaine.

Merci pour votre inscription.

Quelque chose n'a pas fonctionné.

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
Le Made In France : Ce qu’on vous dit, ce qu’on vous cache.

Aujourd'hui un article de fond, qui m'a été inspiré par le nombre grandissant de marques se revendiquant "Made in France"....

Fermer