L’interview de Pierre Kalaijian, directeur de Moda Domani Institute

Aujourd’hui, découvrons ensemble une interview de Pierre Kalaijian, directeur de Moda Domani Institute, avec qui nous avons co-écrit le dossier sur les cosmétiques.

– Bonjour Pierre, pouvez-vous nous parler rapidement de vous et de ce que vous faites pour et avec Moda Domani Institute ?

 

Bonjour Jeremy, Je m’appelle Pierre Kalaijian, je suis directeur de Moda Domani Institute.
Après plusieurs années de direction d’établissement dans l’enseignement supérieur privé, j’ai eu la chance, en janvier dernier, d’être intégré au Projet. Mon rôle est de piloter cette belle machine, tant sur la pédagogie que sur son développement et son Branding. Notre groupe a beaucoup d’ambition pour sa 20ème marque… Il y a du pain sur la planche !

 

– Vous faites intervenir bien plus de professionnels que de “professeurs”, c’est selon vous votre force ? Les étudiants sont plus préparés à la vie professionnelle de cette façon ?

 

Oui, dès la première année, 60% de nos intervenants sont des professionnels connus et reconnus du secteur. C’est sans compter les rencontres professionnelles hebdomadaires, les Modules Personnels choisis librement par les étudiants ou encore les sept Workshops annuels animés, eux aussi, par des professionnelles. Marc Drillech, Directeur Général de IONIS Education Group précisait à ce sujet dans une récente interview : “C’est effectivement ainsi qu’on apprend le mieux ! Quand on peut partager les expériences de personnes capables d’avoir de vrais points de vue sur leurs métiers et leurs univers“. Cette proportion de professionnels est traditionnellement réservée aux formations niveau MBA. Nous avons décidé de ne pas perdre de temps et d’habituer nos étudiants aux exigences comme aux réalités du monde du travail dès le début de leur cursus. Force est de constater, qu’au terme des 80 premiers jours de MDI, la recette fonctionne et que les étudiants sont parfaitement capables de s’adapter et de tirer profit de cette approche.

 

– Vous êtes spécialisé à Moda Domani dans “les nouveaux monde du luxe, de la mode et du design” ; vous pensez que ces milieux ont besoin de renouveau et que ce qu’ont fait des marques comme Kenzo, Aigle, De Fursac va s’étendre ?

 

Oui indéniablement. Les nouvelles technologies, la mondialisation, la financiarisation –entre autre- des secteurs de la mode ou du luxe, la crise économique, les émergents ou la globalisation sont autant de mots malheureusement trop souvent anxiogènes. Pourtant ces nouvelles donnes constituent –surtout- un formidable socle créatif offrant de nouvelles perspectives en termes d’opportunités de marché ou de développement de compétences. Elles transforment les usages, nos modes de consommation et accélèrent les cycles de vie des produits. Les marques que vous citez et bien d’autres s’interrogent depuis quelques années sur leurs territoires de marque, leurs relation client et leur stratégies digitales. Elles subissent de plein fouet l’accélération du temps et doivent désormais accepter qu’une tendance à peine identifiée soit aussitôt chassée par une autre. Plutôt que de participer à ce stress collectif, de rester soudé à nos acquis et de s’enfermer dans une forme de conservatisme, nous préférons observer et accompagner ces changements : S’adapter plutôt que résister : aux nouveaux métiers, au digital, aux nouvelles technologies, aux nouveaux besoins en compétences, au nouveau marketing du service, à la luxification du quotidien, au BigData sans oublier le développement durable.

 

– MDI insiste beaucoup sur la passion, vous pensez que c’est ce qui fera des étudiants, de futurs professionnels épanouis ?

 

Je vous retournerais bien volontiers cette question mon cher Jérémy ! Vous êtes diplômé d’une école membre de IONIS EDUCATION GROUP, au même titre que MDI d’ailleurs. Pourquoi bw-yw.com ? Avez-vous repris une entreprise familiale pour laquelle vos parents se sont tués à la tâche ou avez-vous préféré suivre le chemin d’une passion qui vous animait depuis de nombreuses années ?
La génération des baby-boomers a appris qu’il fallait travailler dur, quitte à laisser de côté le plaisir. Ce n’est pas le cas de votre génération, cette fameuse culture Y dont parle habilement Eric Briones dans son livre « La génération Y et le luxe » qui, plus que jamais en quête de sens, rompt définitivement cette tradition pour laisser place à des notions barbares comme passion et plaisir au travail. Donner du sens à sa vie en exerçant un métier passion ! Le travail est avant tout un espace d’épanouissement, épice indispensable à la recette du bonheur. Bon courage aux managers appartenant à la Gen X !!

 

– En plus des professionnels, vous faites faire à vos étudiants, de nombreux Workshop dont certains liés à l’étranger en plus de la possibilité d’immersion dans des universités partenaires, pensez-vous que le renouveau viendra d’ailleurs ?

 

Je ne sais pas si le renouveau vient d’ailleurs mais nous tenons à donner aux étudiants une ouverture internationale tant sur le plan culturel, économique que professionnel. Les univers qui sont les nôtres étant particulièrement impactés par les cultures « d’ailleurs » !
Le séminaire international est une occasion unique de découvrir deux pays phare du luxe, de la mode et du design, deux cultures mais également deux pratiques différentes dans la création et dans la gestion des marques.
Il ne s’agit ni de « semaines d’intégration » ni de « vacances studieuses » mais d’une volonté d’ouverture et d’utilisation d’une pédagogie plus active. Ces 10 jours sont consacrés à la découverte de Londres et de Milan : visites d’entreprises, rencontres de stylistes, de responsables marketing, de professionnels de la mode, visites de magasins et de musées.
D’abords, Londres : Tate Modern, Design Museum, Fashion & Textile Museum ainsi que les quartiers branchés mais également les grands magasins de référence dont l’incontournable Harrods… Des rencontres avec des professionnels, des workshops, des exercices sur le terrain sont également organisés au cours de ce séminaire ; ils permettent de s’ouvrir de manière concrète aux perspectives internationales.
Puis, Milan en année 2 avec une viste du Château des Scorfa, de boutiques du Corso Vittorio Emanuele, du Quadrilatero della Moda ou de la Villa Belgiojoso…
Enfin l’année 3 propose un semestre complet en immersion dans une université partenaire, qu’il s’agisse des US, des UK, de la chine ou de l’Italie.

 

Un mot de la fin ?

 

Nous avons souhaité inventer une école faite pour aujourd’hui mais surtout pour demain. Moda Domani Institute fonctionne comme « un incubateur de passions » qui développe au-delà des enseignements incontournables, les capacités d’expression de la personnalité. L’école intègre fortement les transformations multiples des entreprises et des secteurs. Trois grandes valeurs distinguent sa pédagogie : passion, ouverture et initiative.
Pour réussir un tel pari, il fallait des étudiants qui adhèrent totalement à ces valeurs. Ces désormais chose faite, notre première promotion prolonge notre volonté et va bien au-delà de nos rêves les plus fous. Longue vie à MDI et longue Vie à bw-yw.com.

Merci Pierre pour ces quelques mots !

S'inscrire à la Newsletter

Mode, Style, Tendance, Lifestyle et tests produits. Une fois par semaine.

Merci pour votre inscription.

Quelque chose n'a pas fonctionné.

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
Retour du Menswear Corner : ces marques que nous aimons tant.

Les 12, 13 et 14 décembre derniers se tenait le Menswear Corner, 12 passage Choiseul à Paris, auquel nous assistions...

Fermer